Les différents "psy"

Le terme de "psychothérapie" signifie "soin de l'âme".

Le but de toute psychothérapie est de servir celui qui en fait la demande : le sujet humain en souffrance ou en difficulté qui consulte un professionnel pour se faire aider.

Qu’on l’appelle client, patient, thérapisant ou autre, c’est pour lui que la psychothérapie est conduite, et c’est à lui, avant tout, qu’elle doit servir.

Le public a le choix entre plusieurs professions : trois professions réglementées (psychiatre, psychologue ou psychothérapeute) et deux professions non réglementées (psychopraticien ou psychanalyste).

Les trois professions réglementées :

  • Psychiatre :
    C’est un médecin spécialisé dans les maladies mentales et les troubles psychiques, mais il peut aussi intervenir auprès de patients présentant des difficultés plus légères ou passagères. En tant que médecin, il est habilité à prescrire éventuellement des médicaments psychotropes : tranquillisants, antidépresseurs, antipsychotiques…
    Outre les médicaments, le psychiatre mène éventuellement quelques entretiens, plus ou moins prolongés et plus ou moins réguliers. Un psychiatre ne pratique pas forcément la psychothérapie : il s’agit là d’une spécialisation complémentaire acquise après coup par certains psychiatres dans des instituts privés.
    Ses séances sont prises en charge par la Sécurité Sociale et sont donc remboursées, dès lors qu'elles font l'objet d'une prescription de médicaments.
  • Psychologue :
    Le psychologue possède un diplôme universitaire et possède un bon niveau de compétence sur le plan théorique. Il pratique des examens psychologiques et coordonne souvent des réunions dans diverses institutions.
    Il existe plusieurs spécialités de psychologues : psychologues du travail, psychologues scolaires, experts auprès des tribunaux, psychologues cliniciens.
    Cependant, le psychologue n’est pas formé pour autant à la psychothérapie au sein de l’université. Il s’agit là d’une formation complémentaire et optionnelle, réalisée à titre personnel.
    En cabinet libéral, ses séances ne sont pas prises en charge par la Sécurité Sociale et ne sont donc pas remboursées.
  • Psychothérapeute :
    Depuis le 1er juillet 2010, la loi a défini l’usage du titre de psychothérapeute. Le titre de psychothérapeute est désormais protégé et attribué aux médecins psychiatres et aux psychologues qui en font la demande auprès des Agences régionales de santé.

Les 2 professions non réglementées :

  • Psychanalyste :
    Le psychanalyste a fait lui-même une psychanalyse approfondie (de longues années) et s’est formé à la psychanalyse dans une école privée agréée.
    Le psychanalyste travaille sur l’inconscient et le transfert. Il attache une grande importance au passé du patient et notamment à sa première enfance. Il s’intéresse généralement à la personnalité globale, sans s’attarder aux symptômes.
    La cure psychanalytique est habituellement intense (plusieurs séances par semaine) et longue (plusieurs années).
    Ses séances ne sont pas prises en charge par la Sécurité Sociale et ne sont donc pas remboursées.
  • Psychopraticien :
    Le psychopraticien s'est longuement formé à une méthode spécifique, scientifiquement validée et internationalement reconnue. Sa formation, d’une durée minimum de 5 à 7 ans, est à la fois :
    • théorique : cours de psychologie, psychopathologie, législation, déontologie…,
    • méthodologique : principes et techniques d’intervention propres à chaque méthode,
    • pratique : entraînement concret à mener des séances individuelles ou de groupe, supervision.

      Le psychopraticien a suivi une psychothérapie personnelle approfondie pendant de nombreuses années.
      Il s’engage à une supervision continue de son travail tout au long de sa carrière et au respect d’un code de déontologie.
      Ses séances ne sont pas prises en charge par la Sécurité Sociale et ne sont donc pas remboursées.
      L’annuaire des « Pages jaunes » leur a ouvert une rubrique spécifique : « Psychothérapie (pratiques hors du cadre réglementé) ».